Full Moon à l’air

Hello les gigots,

Nous venons de passer quelques jours à Koh Phangan (je ne sais jamais où caser les H dans les noms d’îles donc espérons que ce soit bien ça). L’ile est essentiellement connue pour sa fameuse « Full Moon Party » (mais aussi pour ses half moon Party, no moon Party, moon set Party…). Bref, l’île est connue pour ses soirées.

J’en suis tout de même venue à me demander un peu plus tard si avec la full moon on célébrait réellement l’avènement de la pleine lune, ou si il s’agissait d’une métaphore pour une fête géante de culs à l’air…

En réalité il faut dire que c’est une île magnifique

image

 

Quoiqu’il en soit, nous arrivons quelques jours avant la fameuse soirée pour nous mettre dans le bain. À peine arrivés dans notre petit cabanon, deux brésiliens nous supplient d’échanger leur bungalow lit double contre nos deux lits simples. Le pauvre petit « pao de quejio » s’est trompé et a réservé pour lui, et son ancien boss, un cabanon lit double. Vous imaginez le malaise : 140cm (non je ne parle pas de sa b*****) de promiscuité avec sa hiérarchie. Dans un élan de compassion qui me surprend moi même, j’accepte le deal.
À peine installée confortablement sur ma nouvelle balconette, j’aperçois une fille en train de jouer au billard…seule. Ce qui, soit dit en passant, doit nécessiter une sacré capacité de dédoublement de personnalité.
Mon esprit ne peut s’empêcher de penser au moment où je devrais finir le voyage, seule moi aussi.
Vais-je devoir apprendre à jouer au solitaire avec mon paquet de carte, vais-je m’organiser des partis de puissance 4 contre Siri, vais-je jouer au ping pong avec la table semi repliée, je ne préfère pas y penser…

image

Moi, déjà seule…

Thib étant cloué au lit par une maladie que nous ne citerons pas, je décide de m’aventurer seule à la plage pour me changer les idées et voir le coucher de soleil. Mon sens de l’orientation, aussi affuté qu’un couteau à beurre, me guide évidement dans la mauvaise direction ; je dois escalader des bungalows et ramper sous des tuyaux pour arriver à destination. Seule sur la plage je me retrouve face à un monde d’injustice.
Des filles minces qui mangent des magnums sur la plage, des corps uniformément bronzés alors que mes mollets sont blancs et mes genoux marrons… je fais demi tour et retourne à l’hôtel m’engloutir un double burger pour lutter contre ce déséquilibre universel.
Du coup, j’en profite pour demander à Thib si il ne voudrait pas m’offrir une petite liposucion du ventre pour mon anniversaire. Il me répond aimablement « et pas les fesses avec ? ».
Je parti me faire Hara-Kiri.

image

Le jour suivant, cette fois ça y est, il va falloir se rendre à la full moon. On ne peut plus faire machine arrière. Nous y allons plus pour l’expérience sociale que pour le dance floor, mais quand il faut y aller… Comme des bons grands parents que nous sommes, nous faisons une petite sieste et une cure de choux kale pour affronter la soirée. Thib, l’animal social, nous trouve des petits camarades allemands pour l’apéro, il lie l’amitié en parlant de bretzels.
Puis direction la soirée, 45 minutes sur la plage arrière d’un pickup pour être surs d’arriver en forme. A l’arrivé, nous croisons toutes sortes de gens : des couples, des bandes de mecs en sausage festival, des fille à demi-nues recouvertes de peintures fluo, des âmes solitaires s’enfilant des mignonnettes d’alcool frelaté….

Les thaïs eux s’occupent de récupérer un maximum de Bhats en proposant aussi bien des brochettes de poulets, des tatouages fluos ou des turages de cartes de tarot.
La mer est un urinoir géant, le sable un tapis de verre que seuls les fakirs pourront traverser, la musique est une sorte de David Guetta remixé au green curry, nous ne tenons pas très longtemps mais on rigole bien avec un kebbab et une petite bière devant le spectacle.
La petite drôlerie ce sont les salons de tatouages qui restent ouverts toute la nuit pour être surs d’avoir pleins de clients bien ivres pour se faire tatouer. Il paraît qu’il y a quelques mois un gus est reparti de Koh Phi Phi avec le masque de Batman tatoué sur la face.

Le lendemain nous croisons les apprentis fakirs en béquilles et bandages, de nombreux pieds ont été éventrés.
Les chtis étaient mieux à Mykonos.

Quant à nous, on retourne se la couler douce sur notre petite plage privée de papis, et finalement on aime bien ça faire les papis 😉

image

 

Joyeuse Pâques et bon gigot (j’en rêve tellement)

2 days diving in Similan Islands

Happy Monday !

Vous avez déjà lu nos péripéties en croisière, voici la version en images.

Les vidéos de plongée c’est généralement assez chiant, surtout quand ce n’est pas les nôtres ; encore plus lorsque l’on est pas soi-même plongeur …

Si jamais vous vous lancez, vous aurez le plaisir de voir pas mal de poissons mais aussi de beaux points de vue et Héléna qui nous divertit sous l’eau.
Les îles Similan étant parait-il l’un des plus beaux spot de plongée du monde, la vie que l’on y croise et bien diversifiée. Vous verrez notamment dans la vidéo des tortues, poissons coffres, poissons ballons, poissons pierres, murènes, poissons clown (nemo), raies etc …

Le plus beau de tous les poissons vous savez déjà qui c’est alors je ne vous gâche pas la surprise.

Bon visionnage et bonne semaine à tous !

Ko Phi Phi Ko Bo Beauf

On vous avait promis du lourd concernant nos rencontres thaïlandaises, c’est le moment de tenir notre parole.

imageVous connaissez déjà René la taupe, on ne vous a pas encore parlé de ses enfants, neveux et amis beaufs croisés quelques jours plus tôt sur l’ile de Ko Phi Phi.

Ko Phi Phi c’est un petit bout de paradis d’à peine quelques kilomètres carrés.

A priori insatisfaits par sa beauté naturelle et avides de nouveaux euros tous frais, les thaï ont décidé il y a quelques années de transformer cette île en « party island » (comprendre île dédiée à la fête).

C’est là que le paradis tropical s’est transformé en paradis anthropologique …

image

imageLa clientèle est énorme mais cette fois ce n’est pas du surpoids de René que l’on parle.
On a l’impression d’être dans un remake grandeur nature des Chtis à Mykonos (#makak).

Débardeur trop petit, coupe à la con, casquette ou chapeau dégeu, on reconnait vite les habitués.

Le pipien moyen s’est préparé toute l’année à la salle de muscu et c’est enduit d’huile végétale bon marché qu’il exhibe fièrement son nouveau tatoo tribal.

Perche à selfie dans la main, boxer à flammes, il entame sa parade nuptiale.

Ce soir c’est sûr, il conclût avec Jennifer !

Je nous concède quand même un point commun, moi non plus je ne suis pas très habile pour conclure lorsque 100 % sobre (désolé Mamie).

Pleine de ressources, la bête ne se laisse pas abattre pour autant (jeu de mots) ; c’est dès son réveil que Steven cherche la force à grands coup de buckets (littéralement un seau en anglais). Les verres étant sûrement trop petits sur cette île, c’est par seaux qu’on vend à l’animal ses doses de cocktails tièdes.

image

Étonnamment, soleil et alcool bas de gamme ne l’aideront pas auprès de ces dames.
Pas de panique, Steven a de la ressource : il y toujours les masseuses ! Changement de robes à la tombée de la nuit, elles se sont désormais prostituées.

On vous l’avait dit que Steven allait choper !

image

NB : Rendons tout de même justice à Ko Phi Phi :

Papitos et mamitos se couchent tôt en voyage. On n’était donc pas dans le trip #megabeauf mais ça nous a permis de profiter d’une autre partie de l’île :
Les paysages sont vraiment canons, les plongées sont carrément exceptionnelles et on trouve quelques bars et restos encore interdits aux animaux.
On y passe de bons moments, on peut bien manger et rencontrer des gens vraiment sympas.

Un grand merci à nos guides palmés, vous avez été au top !

Connasse en croisière

Bien le bonjour mes petits nuggets,

Nous voilà de retour après une petite croisière plongée de deux jours dans les îles Similans.
Je dois vous avouer que je n’étais pas forcément méga partante à l’idée de passer deux jours en pleine mer, et à l’heure qui l’est je n’ai pas l’impression d’être tout à fait stabilisée sur mes pattes, mais ma foi, c’était fort sympathique.
Similan

Nous sommes partis à speed boat tel des petits ricochets pour rejoindre le vaisseaux mère de la croisière. Une sorte de Titanic pour pauvres. Une fois arrivés, Sven, notre maître plongeur Suédois, un croisement entre Brice de Nice et un Ragondin, affublé d’un sachet de tabac entre les incisives, nous présente le navire. Nous partons alors pour 3 plongées des plus sportives à travers le courant et le green monster (des courants d’eau froide et trouble, un régal). Pour la dernière plongée de la journée nous traversons un champs d’une cinquantaine de raies nichées dans le sable, et pour une fois je ne vois pas celle de Thib.

DCIM100GOPRO

La première journée se termine, nous remontons dans le bateau et, étant les seuls clients à bord, nous pouvons nous remplir l’œsophage tranquillou avec Sven.
Mais là je me dis problème ! Qu’est ce que je vais bien pourvoir raconter de palpitant à mes nuggets ?! Je me doute qu’un article complet sur les différentes espèces croisées au long de la journée vous laisserait perplexe. Heureusement, Poséidon m’a entendu et a envoyé un beau spécimen pour notre réveil.

Nous

A 10H du matin, le speedboat arrive rempli de nouveaux clients, de la chaire fraîche pour mon article !

Notre groupe, précédemment composé de Monzigue, Thib, Sven et une petite suédoise en formation, se voit complété par René la taupe, un apnéiste breton chauve de 65 ans en obésité maximale. En somme, un cadeau du ciel.
Lorsque Sven annonce à René qu’il va faire équipe avec l’innocente suédoise, le bonheur se lit dans ses yeux. La suédoise quant à elle, gouttelettes au front, est à deux doigts de se saborder du navire.

Légèrement handicapé par son surpoids, René prends une bonne demi heure pour  enfiler sa combinaison bleu fluo. Ne rigolez pas c’est très difficile de rentrer un roast-beef dans un préservatif.
J’ai oublié de préciser que René s’était précédemment enduit la totalité de la tête de crème solaire indice 200, lui donnant l’allure d’un Schtroumf albinos sous cortisone.
A peine à l’eau, René s’empresse de perdre sa ceinture de plombs à 15 mètres de profondeur pour ne pas retarder le groupe. Je ne précise pas qu’au bout de 3 minutes sous l’eau il s’assomme avec un corail puis consomme la totalité de sa bouteille d’air en seulement quelques minutes.
Bon j’arrête de maltraiter ce pauvre René, il est siiiii mignon gnion gnion mais ….

Dernière plongée, nous croisons une tortue en train d’engloutir une méduse. À peine son en-cas terminé, celle-ci décide de s’attaquer à la caméra. Visiblement déçue de son petit goût de plastique elle se tourne vers moi et décide de me poursuivre jusqu’à la surface et tente de me croquer la miche. Il est de notoriété que les tortues attaquent à l’odeur et visiblement ces deux jours sans douche m’avaient transformée en steak de méduse (voir la vidéo ci-dessous).

Bon en conclusion, nous avons passé deux jours de folie à visiter les fonds marins de îles Similans, et même si au début j’étais à l’aise comme une enclume dans un pot de yaourt, on était quand même au paradis !  Mais surtout on a pu faire les remakes suivants :
– Hurler « I am the king of the world » sur la proue du bateau -> Titanic
– Nager avec un crabe et une fourchette -> La petite sirène
– Parler à un ballon sur une île déserte -> Seul au monde
– Nager dans le bleu jusqu’à l’étourdissement -> Le grand bleu
– Ne pas se faire becter par un requin -> Les dents de la mer
– Ne pas perdre le bateau -> Open water

Milles mercis à mon Thib pour cette sublime expérience !!!

Koh Lanta – on a gagné l’immunité

Hello les poulets,

Nous revoilà après deux jours passé à Koh Lanta.

Point de défis d’agilité, pas de course de sacs et encore moins de chenilles vivantes avalées. Peut être un peu d’apnée, j’admets, mais on s’est arrêté là pour les défis en tous genres.

Pour la petite histoire, l’émission éponyme de TF1 n’a d’ailleurs jamais été tournée sur cette île.

Koh Lanta - notre cabane

Cette petite île de 25 km de long sur 3 de large est ma foi fort sympathique. On nous avait vendu les touristes chinois en maillots de bain intégraux (type de burkini asiatique anti soleil) et bouées de sauvetage, que nenni !

Ici, les minuscules villages s’enchaînent au rythme des plages, de plus en plus sauvages plus on fait route vers le sud. On commence avec de petits bar-restos en « dur », on continue avec les huttes en bambou et on finit avec les singes.

Koh Lanta - le totem

imageCes sales bâtards ont d’ailleurs essayé de nous braquer. On se méfiait surtout des humains mais a tord. Une fois notre garde baissée, constatant le peu de monde sur la plage, on a eu la surprise de voir un singe tenter de nous faire les sacs. À voir son agilité, il s’était clairement déjà largement fait la main. Vous connaissez la désormais célèbre danse du bambou ? C’est une technique assez similaire qui a permis de le faire fuir.

Visite express du coup mais fort sympathique. Plage, bronzette et jeux aquatiques … Après deux mois à arpenter les rues asiatiques, la pause tombe à point nommé !

Koh Lanta - sunset

Nous voguons désormais vers notre prochaine destination : Ko Phi Phi. Plus de monde parait-il, mais aussi et surtout une vie marine et des plongées sublimes.
On vous fait le débrief très vite.

Bonnes bulles

Koh Lanta - la mer et le rocher

Bangkok : du miel et du curry

Mes petites papayes, nous revoilà pour votre plus grand plaisir au pays du criquet masseur : la Thaïlande.
Je trouve le courage de faire face à mon clavier et ce n’est pas une mince affaire.
Face à la chaleur de la capitale de la larve en brochette, le moindre mouvement est à économiser pour survivre.

D’autre part, j’en suis actuellement à ma 17eme heure de transport et mes idées ne sont donc plus très claires. Je vais également probablement mourrir de déshydratation car Thib a abandonné notre bouteille de survie lors du dix-huitième changement de mini bus. Je fais une petite aparté mais c’est assez hilarant : plus on avance pendant cet interminable trajet pour se rendre à koh Lanta, plus la taille des moyens de transports diminue. Je me demande si au prochain arrêt ils ne vont pas nous filer un monocycle et nous demander de pédaler jusqu’à l’hôtel.

image

Bref, nous venons de passer une délicieuse semaine à Bangkok.
Souvent les gens ont un avis très négatif sur Bangkok.
C’est moche, c’est sale, ça pue et il fait chaud. Je me sens obligée de faire justice à cette ville qui m’a accueillie avec amour et lait de coco.
Reprenons les choses dans l’ordre.
C’est moche ? C’est sûr que l’architecture de cette ville est plus proche d’une construction lego que d’un immeuble haussmannien, mais le cubisme a son charme.
C’est sale ? Bon, là, mon dernier comparatif étant plus Bombay que Strasbourg, je vous le dis, on pourrait manger un pad thai par terre, donc pas de problème de ce côté là.
Ça pue ? Figurez vous qu’il est interdit de péter dans tous les transports de Bangkok. Comment je le sais ? Car c’est sans doute le picto le plus hilarant de toute l’histoire des pictos ! Donc non ça ne pue pas. Mais je me demande si c’est un problème de notoriété publique en Thaïlande pour en faire un picto. (Vous noterez également qu’il est interdit de peloter des seins)

image
Bon par contre il fait chaud. Le resenti à Bangkok est d’environ 45 degrés, ce qui donne l’impression d’être recouvert en permanence d’une couche de miel tiède. Un vrai délice. Pour ceux qui transpirent la couenne c’est plus gênant.

Mais ce que j’aime avant tout à Bangkok, c’est que les thaïs et moi avons la même passion : manger. À chaque coin de rue un petit stand de brochettes, de nouilles aux crevettes, de fruits frais… il n’y a pas d’heures pour manger, on peut le faire en continu !! Et rien que pour ça, c’est un peu mon chez moi.

image

Comme je vous l’ai indiqué nous arriverons incessamment sous peu, du moins je l’espère, à Koh Lanta, et ça, ça me met en joie !
Savez vous quelle sera mon activité principale dans les îles thaïlandaises ?
À part me dorer la pillule et faire un combat du nombre de grillons avalés en moins de 3 minutes avec Thib, c’est d’observer !
Car la Thaïlande c’est aussi un véritable repaire de cas sociaux des plus délectables. J’imagine déjà les profils mais je me laisse quelques jours avant de vous dresser un petit best of des meilleurs personnages. Le prochain article sera signé Bernard Delavillardiere en goguette.

image

See you soon