Des pierres si précieuses

Special Guest Eléna que nous accueillons avec plaisir sur la partie birmane de notre voyage

Premiers pas sur le sol birman en sortie d’aéroport. Deux semaines off avec les loulous en commençant à Yangon. Pour les ignorants comme moi c’est le nouveau nom de Rangoon depuis environ 1985… Hmmm naissance -1 an, on aurait pu m’apprendre le vrai nom direct !

Pour me souhaiter la bienvenue, Thibaud est stucked au fin fond de notre hôtel avec son exam de droit. Par chance il y a la clim avec les 38 degrés locaux.

Nous en profitons pour une sortie infiniment culturelle avec Helena. Direction le musée de pierres précieuses.
(Cela pourrait aussi etre une astuce du ThibThib pour ne pas nous offrir de jolies pierres cet exam !)

Banlieue de yangon, 3eme étage d’un immeuble peu rénové. Jades, rubis, saphirs à foison dans une pièce un peu miteuse et sans trop d’explication. Tout cela avec une taxe blanche pour l’entrée, on repassera sur la culture. On apprend quand même qu’il y a des saphirs de toutes les couleurs et non pas que des bleus.

imageDes shops au rez-de-chaussée nous font de l’œil. Jetons un regard sur les bagues, les bagues en jade tant qu’à faire. Trop de choix… Les vendeuses nous en amènent des centaines. Petites, moyennes, grosses à petite pierre, fines mais avec pierre giga. Un chaland ne saurait que choisir. Helena trouve finalement assez vite sa bague de fiançailles. C’est vraiment dommage que Thib ne soit pas là pour la CB.

 

En deux coups de ciseaux la bague est à la bonne taille, nous partons découvrir Yangon au soleil couchant.

Grosse balade le lendemain dans la moiteur de la capitale et petit à petit le doute s’installe. Le doigt prend la couleur de la pierre. Est-ce logique d’avoir du vert-orangé au majeur ?

Le musée se trouve sur le chemin du bus. Allons-y faire un tour. Thib sort ses gros bras, Helena sa verve. Ils inquiètent ensemble la marchande.
Sûre de sa bonne foi, celle-ci n’en démord pas, ce n’est pas du toc sa camelote.
La couleur verdâtre viendrait juste du manque de polissage après la remise à la taille de la bague.
Un autre marchand nous propose de nous amener à l’atelier pour faire briller tout cela.
Ni une ni deux, notre bus ne nous attendra pas, on saute dans son 4×4.

Et là, un de ces moments de pure découverte en voyage. Loin des sentiers battus nous découvrons l’atelier de fabrique des bijoux birmans.
Un atelier pas comme les autres, non pas pour montrer aux touristes mais pour travailler à l’ancienne de belles pierres précieuses.
Un seul obstacle sur la route la porte d’entrée qui après avoir défoncé le crâne d’Hélèna, a vaincu le mien à la deuxième entrée.

image

Une découverte de part et d’autres. Un bébé amadoué à coup d’arlequin – certains diront que c’était une technique pour le tuer. Et quelques minutes après, la pierre fut !

Fissa fissa, un gros tour de 4×4 et nous attrapons notre bus pour Kalaw juste à temps.

image

5 réflexions sur “Des pierres si précieuses

  1. Joelle dit :

    Bon et au final elle a cessé de baver la jolie bague? Et le bébé ? Il s’en est sorti ? J’espère que vous avez prévu un gros bouquin à la rentrée pour nous donner tous les détails de vos aventures !

    • get_another_life dit :

      La bague est top !
      Héléna commence à écrire son One Woman Show pour la rentrée ! 😀

  2. tzuki dit :

    j’espère que la bague se porte bien
    ces artisans savent bosser; moi qui suis un travailleur manuel ( eh oui) , j’avais été très impressionné par la vitesse et la précision d’un bijoutier comme celui de la photo , que j’avais observé au marché russe de Pnom Penh ; hypnotisant .

    • get_another_life dit :

      Oui ils sont assez incroyables. Sûrement pas appréciés, considérés et payés à leur juste valeur, mais ils sont très très forts !

Les commentaires sont fermés.