Mysore Palace

Hello world,

Après nos péripéties à Badami city, le voyage est largement revenu à la normale.
Le petit déjeuner englouti, enfin ce que nous avons pu trouver, un samosa à la pomme de terre et un jus d’ananas coupé à l’eau de pluie, nous voilà partis.

Arrivés à notre nouvelle adresse, Mysore, après un modeste trajet de 3h en train pendant lequel Thib a pu échanger à son voisin le journal local contre des cacahuètes, nous arrivons enfin de nouveau dans une ville sympathique !

Juste par petit plaisir voici notre page favorite du journal en question, les petites annonces de rencontre, par caste religion ou profession. Le Meetic local en somme.

image

Après avoir posé nos affaires dans l’hôtel le plus propre que nous n’ayons jamais eu, il y avait même un rouleau de PQ, nous sommes partis en ville pour une petite ballade.
L’intérêt principal de la ville est le sublime Palais. S’éclairant uniquement le dimanche soir de 19h à 19h30, nous avons été forcés de patienter avec quelques bières sur un rooftop. Malheureusement, aucune bière n’était inférieur à 650ml, ou à plus de 2€…

image

Rationnée en nourriture par Thib le comptable de l’épopée, mais jamais en bière, je fus autorisée à 3 bières avant dépassement du budget quotidien.
Avec seul un modeste samosa avalé à 9h du matin pour tenir debout, nous quittons le bar sur nos tongs à roulettes.
Je file à l’hôtel enfiler ma burka du soir, un pantalon, pour éviter l’attroupement hindou autour de mes giboles couleur cheese naan.

Et enfin le palais ! Moultes émotions en voyant apparaître ce Palais des milles et une nuits au milieu de la ville, éclairé par des milliers d’ampoules (97 000 tout de même).
Malgré nos précautions nous n’avons pas échappé à l’attroupement.
Thib accaparé par un nain-dien souhaitant devenir son meilleur ami, je me retrouve coincée avec un autre, pas du tout nain cette fois, qui veut m’emmener découvrir la ville.
Sauvée pas le gong, qu’on appellera Thibaud, celui-ci me rejoint avant qu’Aladin ne m’embarque sur son tapis pas volant. Visiblement déçu que mon boyfriend ne soit pas une pure invention, il dit à Thib « You look like a smart guy, smarter than me ». Était-ce pour lui signifier sa victoire ? Le coq à vaincu le boeuf.

image

Après le Palais, nous empruntons un tuktuk qui nous propose de découvrir une fabrique d’huiles essentielles et d’encens. Le patron nous explique les processus de fabrication de l’encens, en gros bambou-charbon-poudredetrucquisentbon et des huiles. Il nous tartine ensuite les bras de toutes ces huiles contre les maux les plus improbables.
Il y en a même une pour faire pousser les seins !
Bref, évidemment, il essaye de nous vendre la boutique, mais forts de notre expérience au Sri-Lanka, où nous nous étions déjà fait pigeonner, nous résistons et réalisons que les huiles sont encore plus chères qu’en France.
Nous réussissons à nous extraire avec un bras senteur candy-up fraise et le deuxième au Lotus double épaisseur. Cette odeur nous suivra jusqu’au lendemain.

imageDirection la dernière expérience de la journée, le Mc Do indien !!
Après avoir tenu 15 jours entiers avec naans et plats en sauce, nos papilles trépignent déjà d’impatience face aux photos du Mac Maharaja.
Première surprise en arrivant sur place, il n’y a qu’un seul burger ! En version végétarienne ou non veg.
Mais où sont les Big Mac, double cheese, Big Tasty et autres douceurs tellement espérées ?! Au moins un Mac Chicken ?!
Trop tard pour faire demi-tour, de toute façon mes cannes ne me porteraient pas plus loin. Nous commandons donc les Mac Maharajah, aussi appelés The Social Burger.
Au premier croc je sens qu’il y a anguille sous roche, ou plutôt piment sous pain. Il s’agit là, et sans exagérer, du plat le plus pimenté que nous n’ayons jamais mangé en Inde ! Le Mac Maharajah est farci de piments !
Ça c’est bien les indiens : tu leurs files un truc délicieux, et ils ne peuvent pas s’empêcher de rajouter du curry dans la sauce et des piments sur la viande !
Mais enfin, nous on ne met pas des escargots dans nos burgers en France ! Bon ok, parfois peut être un peu de fromage à raclette…
Bref, ça nous a tout de même fait chaud au coeur ce petit bout d’Amérique version Masala.

Nous allons nous coucher full Raoul avec un super livre, Je suis Pilgrim, que l’on vous conseille fortement.

Bisous au lotus

6 réflexions sur “Mysore Palace

  1. joelle dit :

    magnifique ce palais, ça aurait été dommage de le rater.
    je vois que les gènes de Thib ont parlé ! Mais il a raison, une bonne bière ça nourrit son homme surtout quand on en boit 1L et demi. Alors ça doit nourrir une Héléna aussi !
    vous avez prévu de rester plusieurs jours à Mysore ? C’est le moment d’initier Thib au yoga, c’est très bien pour la plongée.

    • get_another_life dit :

      Malheureusement on est déjà répartis pour le Kerala. On vient d’arriver à fort cochin. Je ferais bien un petit cours avec thib mais je sais pas trop où en trouver il faut que je regarde !

  2. vaty dit :

    Que de légèreté et de profondeur, de respect et d’ironie positive, de joie et d’espérance.
    Un délice scriptural dont je me repais chaque jour.

    Vaty

  3. cam dit :

    je me réjouis a chaque lecture , vous avez une analyse bien pensée et toujours avec la note d’humour ;
    « des tongs à roulette « il fallait y penser.
    Cam

Les commentaires sont fermés.