Good bye Kerala

Good-bye Kerala,

Munnar était la dernière étape de notre périple keralais (vous connaissez bien entendu l’État du Kerala).

Munnar c’est la vallée du thé, mais perchée à 1600m d’altitude, c’est avant tout une vallée frisquette. Jusqu’à présent nos pulls n’avaient servi que d’oreillers dans les bus de nuit ou de combinaison anti-moustique. Mais ici ils sont devenus bien appréciables !

Le thé donc… Munnar est entourée de milliers d’hectares de thé. C’est simple, il y en a partout, sur tous les flancs de montagne (la montagne étant elle aussi partout).
Le décor s’en ressent. Dès qu’on s’éloigne de la ravissante route principale, on est émerveillé par ce que l’on voit autour de nous. Un vert éclatant et contrastant avec le bleu du ciel.

image

C’est donc naturellement que l’idée d’un petit trek s’est imposée. Enfin naturellement, sauf pour Helena qui se voyait déjà rouge vif, le chignon voguant au rythme de ces battements de coeur dés les premiers 100 mètres de dénivelé. Heureusement, l’idée de pouvoir, le soir venu, avaler deux fois plus de nourriture pour se récompenser, lui permit d’arriver au bout !

Partis pour 6h (forcés par le gus dictateur) nous avons fini l’itinéraire en 4, pause parota (sorte de petite crêpe) inclue.
Choisissez votre camp : considérez enfin les athlètes que nous sommes, ou taxez l’employé de l’office de tourisme de menteur …

image

 

imageNotre guide au nom imprononçable, appelons le Claude-Suresh, n’en était pas moins sympathique. Une fois la tentation passée de semer Héléna pour pouvoir raccourcir la rando et aller jouer au cricket avec ses copins en short-sari, il nous a expliqué en détails la culture du thé et le biotope local …

En fin de trek, et pour nous mettre en appétit, nous avons assisté, de loin, à une fête locale religieuse. Les festoyeurs en paréo, étaient alors en pleine pendaison de chèvre, en vue de la préparation du dîner. La pauvre bête, dévêtue de son cuir et suspendue par les zarpions, était en train de se faire découper en format kebab. Le guide, hilare, se bisquait déjà nous voir tourner de l’oeil, mais c’était mal nous connaître, étant des fans inconditionnel du best-sellers Martine à la ferme.
Une fois l’animal débité en côtelettes, Helena remarqua la peau de l’animal reléguée dans un bosquet, et visiblement ignorée des autochtones. L’idée de la mission « SUS AU NUBUCK » lui traversa vite l’esprit. Initier une mission commando puis s’en faire une paire de boots…

Après deux jours au régime riz-curry et eau gazeuse, nous avons enfin découvert le Graal. Un buffet gargantuesque en open orgie de nourriture ! A nous salades, colleslaw, poulet au safran et autres délices ! Après 5 allers-retours au buffet, ayant pitié des regards dépités des serveurs qui voyaient venir la faillite, nous allions nous coucher, dans ce que nous pensions être un douillet lit de montagne. Grave erreur !

S’apprêtant à se glisser sous les draps, Thib tombe nez à nez avec une famille d’asticots logée confortablement dans NOS DRAPS. Il hésite une seconde à les stocker dans le cas d’une future disette alimentaire, ou dans le but de pêcher notre prochain repas. Héléna, elle, prépare déjà sa culotte méga couvrante en fer forgé et ses boules Quies pour éviter toute incursion de l’animal pendant la nuit. Elle n’est pas contre un petit vers solitaire pour se débarrasser des kilos superflus mais ne voit alors aucune utilité à l’asticot.

Après cette belle nuit protéinée, le trajet de bus vers Madurai fût rebaptisé le Club Med Gym. La route de montagne, avec virages à 180° et vide de centaines de mètres à portée de roues, nous a permis de contracter nos muscles 3h durant. Les adbos pour ne pas tomber du siège à chaque virage, le périnée pour éviter de salir ces mêmes sièges …

image

 

Voilà donc pour le Kerala ! En bonus, pour finir plus cultivés, voici quelques éléments forts intéressants sur le thé, sa culture et sa transformation :

L’arbre à thé a une durée de vie de 100 ans. On le coupe à son pieds tous les 20 ans. Seules les 3-4 rangs de feuilles supérieures sont utilisées pour les boissons. Elles sont récoltées tous les 15 à 20 jours.

C’est la feuille sélectionnée qui déterminera le type de thé. Parmi celles coupées, les feuilles inférieures sont utilisées pour le thé noir, les feuilles supérieures pour le thé vert et le bourgeon pour le thé blanc.

À thé bientôt !

 

image

4 réflexions sur “Good bye Kerala

  1. tzuki dit :

    ça a l’air magnifique
    ce sont les antécédents montagnards de thib entre le valgaudemar et l’autriche, sans oublier la vallée blanche qui vous ont permis de pulvériser les horaires..
    si vous avez une photo d’un short sari, ça donnerait des idées de couture à dominique
    bisous

  2. Chantal dit :

    Magnifique toutes ces photos , je pense que j’aurai pas trop kiffe le retour en bus par contre vu que j’étais deja pas rassurée au retour des karellis!
    Enfin vous m’avez encore bien divertie!!!!

  3. joelle dit :

    Ah c’est beau tout ce vert vif. Et merci pour la petite note culturelle sur le thé.
    Contente que vous soyez descendus de la montagne sans encombre.

Les commentaires sont fermés.