Auroville – Harmonie, méditation, rencontres et gros sous

Auroville, la ville dont on ne sait quoi penser…

Avant toute chose, tradition oblige, un peu d’histoire !

Inaugurée en 1968, Auroville est née du rêve d’une femme française : La Mère.
Arrivée en Inde en 1914 elle rencontre Sri Aurobindo, ex figure de la lutte pour l’indépendance de l’Inde reconverti depuis en guru yogi.
Il fédère autour de lui une communauté dont la Mère prendra la charge à sa mort.

Dans un texte fondateur pour Auroville, elle décrit le besoin d’établir un lieu n’appartenant à personne, où tout homme pourrait vivre librement en n’obéissant qu’à « la seule autorité de la suprême vérité ». Elle souhaite établir « une vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre ensemble en paix, dans une parfaite harmonie, audelà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités ».

 

La communauté s’installera à quelques kilomètres de la ville de Pondichéry.

imageLa cité prend forme autour du Matrimandir, bâtiment  » à la fois symbole d’Auroville et lieu dédié à la concentration.

La mère décède en 1973, le jour même où la structure principale du Matrimandir fut achevée.

Auroville aujourd’hui

Il faudrait sûrement  rester « longtemps » à Auroville pour en livrer une analyse complète. Voici nos impressions après 3 jours sur place :

La ville organisée par quartiers assez distants  ressemble a bourgade indienne « classique ». Le même type de construction, les mêmes ordures omniprésentes. Non, les « hippies éclairés » ne s’organisent pas mieux que les autres pour préserver leur environnement.

Coté altruisme, égalité et détachement vis à vis des valeurs matérielles, on repassera ! On sent bien que le roupie tient un rôle important dans ce que certains qualifient même d’énorme business.
Les inégalités ne semblent pas effacées et certains semblent profiter bien plus habillement de la manne financière que représente la ville.

On croise des indiens et beaucoup d’occidentaux (les indiens ne représenteraient que 40 ℅ de la population ; les français 15 %).
Ces proportions donnent rapidement au visiteur le sentiment d’être dans une cité balnéaire bIéna touristique.

imageC’est lorsqu’on parle aux occidentaux que les choses deviennent intéressantes. On sent que l’endroit drive tous types de profils …
On a parlé notamment à des thérapeutes de l’eau, des « médecins » en énergie subtile, des orthonomes et à d’autres personnages spécialisés dans des domaines dont on n’imaginait pas l’existence …
Prenez les pour des illuminés ou des génies incompris, dans tous les cas, leurs explications sont vraiment marrantes … quand on arrive à les suivre !

Les gens, les autres, avec qui l’on discute de sujets plus terre à terre sont généralement assez intéressants. Si la ville a dévié par rapport à son idylle initiale, elle a au moins le mérite d’attirer des visiteurs de tous horizons, souvent éclairés et parfois à la poursuite d’idéaux assez nobles.

image

L’art en général est assez présent et les soirées sont souvent animées. Les artistes sont de toutes origines, comme les domaines de créations de tous horizons.

Enfin, même si l’on en a vu que peu (car peu de temps…), de nombreux projets très positifs sont initiés a Auroville et ses abords. Ainsi des individus et mini communautés sont à l’initiative de mouvements comme Sadhana Forest dont vous entendrez parler très prochainement sur le site

Et alors, on y va ou pas à Auroville ?

Auroville est une ville sympathique ou séjourner. C’est calme et boisé et les gens sont plutôt sympathiques et accueillants.

Il est par contre bien dommage que la Mère soit décédée si tôt (par rapport à la ville. Elle, elle avait quand même 95 ans). C’est comme si le souffle originel et ses belles valeurs s’étaient éteints avec elle…
Perdus, sans leader, les eurovilliens ont du se laisser aller. En pose les belles réflexions pour un monde meilleur. Les plus futés ont tâché de s’assurer une belle part du gâteau, les autres sont retournés à leur vie assez standard.

Ont l’a dit, c’est plus par les rencontres qu’on y fait, les initiatives et le calme qu’on y trouve que l’on appréciera le plus Auroville.

image

6 réflexions sur “Auroville – Harmonie, méditation, rencontres et gros sous

    • Helena dit :

      On voulait absolument y aller mais malheureusement il y a plusieurs jours d’attente pour les non aurovilliens.:-(

  1. cam dit :

    diifficile de trouver l’idéal , si la « mère »était encore la serait arrivée à faire aboutir son projet?
    on ne le saura jamais !!!!
    Bonne découverte en birmane, bises a vous trois !!!

Les commentaires sont fermés.