Bagan en roue libre

Après l’effort, le réconfort ! Nous passons quelques nuits de repos bien mérité au lac inle et une après le trek et une dernière soirée bien arrosée.
Initialement, nous avions innocemment prévu de nous sustenter d’un petit plat birman avec un couple d’amis français… mais lorsque vous trouvez un restaurant dans le routard, attendez quelques heures, et vous êtes sûrs que les derniers clients sont français, et ivres, et là, ça part en noisettes. Les propriétaires du restaurant nous jettent des regards désespérés après la commande d’une énième bouteille de pif, nous ne sommes pas loin d’avoir écoulé le stock du pays.

Le lendemain nous partons en bus de nuit pour Bagan, la ville des temples Birmans.
Plus de 2 000 temples construits par un roi qui avait la folie des grandeurs… Encore un qui avait des complexes ! On nous fait croire dans les guides que les stûpas ressemblent à des bols inversés, mais je suis sûre que Sigmund y verrait la même chose que moi.

image

Bref, après une nuit de toute fraîcheur dans le bus, nous arrivons à 4h du matin à Bagan.
Sans abris autres que nos sacs, dans lesquels nous ne pouvons malheureusement pas nous réfugier tel l’escargot au beurre aillé, nous décidons de partir admirer le lever du soleil depuis le sommet d’un temple.
Et la, c’est le gros hic. Il va falloir conduire…UN SCOOTER !
Autant vous dire que je suis déjà assez moyennement stable sur mes pieds, encore moins sur un vélo, je n’ose donc pas imaginer la version deux roues motorisées.
Pas le choix, il faut vaincre ses peurs, j’enjambe la machine tel Lucky Luke sur son fidèle destrier, même si je ne suis pas sûre qu’une carotte le fasse avancer. Je file comme le vent avec les pattes tendues façon trépieds pour éviter la chute.

image
Par un miracle que je ne m’explique pas, nous arrivons entiers au temple.
De nuit nous escaladons le temple à la Indiana Jones, affublés de nos lampes frontales, nous slalomons entre les indésirables : mygales, serpents et touristes chinois.
Je vous laisse profiter de la vue.

image

Une fois le soleil levé, nous décidons de nous rendre au petit déjeuner. Quoi de mieux qu’un petit plat de nouilles sautées à 8h du matin.
Seulement voilà, entre le moment où nous avions garé nos montures en bas du temples, et maintenant, des centaines de scooter se sont garés derrières nous. L’extraction va être difficile.
Ne maîtrisant pas tout à fait les subtilités de l’engin, je tourne maladroitement la poignée qui s’avère être l’accélérateur … La sentence est immédiate ! Je fonce dans la pile de scooters adverse à la manière d’une auto-tamponneuses lâchée dans un domino express.

Un birman affolé me coupe le contact pour éviter de plus amples dégâts.

Je me retrouve tel Johnny sans micro, K2000 sans Kit, Pamela sans son maillot…
Adieu monture de mes rêves.

3 réflexions sur “Bagan en roue libre

  1. Camille dit :

    Les aventures de moto sont exactement ce qui me serait arrivée et mon Eléna a t-Elle été gaillarde .
    Je vous envie tout est top quelle belle organisation.
    Je ne commente pas le beaujolais pif!!!!

Les commentaires sont fermés.